Le blog de Kallirrhoe : pensées autour la culture de l'information

Professeure-documentaliste, je partage mes réflexions sur la profession. Veille documentaire sur les sciences de l'information, les sciences de l'éducation, les bibliothèques.

09 février 2009

A lire pendant les vacances et à acquérir dans les CDI

3ombresTrois ombres, Cyril Pedrosa
"Joachim vit paisiblement à l’écart du monde avec ses parents. Mais un soir, ne parvenant pas à trouver le sommeil, ils remarquent des ombres qui semblent les attendre sur la colline en face… Ces dernières apparaissent sous la forme de trois cavaliers et s’évanouissent dès que l’on s’en approche. Ces "choses" sont là pour Joachim. Son père aura-t-il raison de se battre contre l’inéluctable ?"

"Trois ombres est un livre admirable. Un conte qui fascine, qui happe dès les premières pages. Son ouverture – au sens d’introduction – est une invitation à s’échapper, à plonger hors du temps. Les sept premières pages – l’album en compte 268 ! – invitent au bonheur, à partager celui de cette petite famille. La stylisation des paysages est un enchantement, avec leurs arbres inouïs, leurs herbes folles et libres, leurs nuages propices à la contemplation. En sept pages, Cyril Pedrosa réussit à montrer le quotidien de ses personnages quelques saisons durant et à projeter le lecteur ailleurs, au point de lui faire ressentir une pointe de jalousie de ne pas pouvoir jouir lui aussi de cette vie idéale. Sept pages goûtées avec délectation, lentement, pour profiter de chaque détail, pour s’amuser des attitudes du petit bonhomme, pour s’attacher à ses parents qui lui font une vie de rêve (et peut-être aussi pour jauger son propre comportement dans l’exercice de ce rôle). A moins qu’on étire ce moment dans la crainte de ce qui va suivre.

« …et puis tout a changé ».

Le rythme s’accélère. La crainte, puis la peur s’invitent. L’heure n’est pas aux certitudes, tout juste aux pressentiments. A moins que ce ne soit une manière de se voiler la face. Dans ces moments-là, les mamans sont plus lucides que leurs époux. L’instinct, dit-on. Les pères se maîtrisent moins. Dussent-ils être dotés de physiques de colosses. La force ne change rien à l’affaire, puisque ce n’est pas sur ce terrain que la partie se joue. Et là, force est de reconnaître que les parents n’ont plus les cartes en main.

Cyril Pedrosa a su aborder ce sujet avec pudeur, créant un conte intemporel, en jouant avec les codes et la dimension pédagogique qui leur sont propres. Son dessin, qui emprunte à différents registres et techniques pour jouer sur les émotions, est un ravissement de tous les instants. De ces traits fragiles à ces contours épais pour un même personnage selon les situations, de ces paysages lumineux à ces endroits plongés dans les ténèbres (ah ces forêts !), de ces visages ravagés par le trouble restitués dans leurs moindres détails à ces jeux d’ombres chinoises non moins signifiants, la palette est large, riche et le résultat subjuguant." L.Cirade, BD Gest.

Lire l'interview de Cyril Pédrosa

Posté par Kallirrhoe à 11:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Une BD magnifique (mais triste!) aux dessins vraiment supers...
    A lire...

    Posté par Archidoc, 09 février 2009 à 12:05

Poster un commentaire