Le blog de Kallirrhoe : pensées autour la culture de l'information

Professeure-documentaliste, je partage mes réflexions sur la profession. Veille documentaire sur les sciences de l'information, les sciences de l'éducation, les bibliothèques.

12 octobre 2010

Un premier bilan pas très positif pour les enseignants stagiaires

Lu sur le site du Sgen :
"

Pour économiser des milliers de postes d'enseignants titulaires, tous les professeurs stagiaires lauréats des concours 2010 sont à plein temps dans une école ou un établissement scolaire depuis le 1er septembre. Ils n'ont reçu aucune formation pour se préparer au métier, bon nombre d'entre eux n'ont jamais fait de stage, ils n'ont plus vu d'élèves en classe depuis leur propre scolarité.
Le Sgen-CFDT dénonce sans relâche, depuis deux ans, la catastrophe qui se prépare et dont les premiers signes sont déjà là, notamment dans les secteurs géographiques où les stagiaires cumulent la difficulté du déracinement et celle d'une affectation en zone « défavorisée ». Les témoignages se multiplient de débutants épuisés, à peine quatre semaines après la rentrée, découragés et songeant à démissionner, de tuteurs consternés par l'impossibilité dans laquelle ils se trouvent de leur venir vraiment en aide.
Là où les premières « journées de formation » prévues commencent à être proposées aux stagiaires, elles sont organisées à la hâte et ne coïncident pas toujours avec les moments réservés à cette fin dans l'emploi du temps des stagiaires.
 
Devant cette situation aussi prévisible que scandaleuse, seuls certains recteurs ou membres des corps d'inspection reconnaissent à demi mot que les nouveaux dispositifs d'entrée dans le métier ne sont absolument pas satisfaisants. Le ministre, lui, ose présenter comme une avancée décisive l'annonce que tous les stagiaires devront bénéficier de quelques heures de formation à la gestion des situations difficiles. Les stagiaires ne méritent pas un tel mépris de la part d'un gouvernement qui partage la lourde responsabilité d'avoir voulu ou permis cette catastrophe, avec tous les tenants de la seule formation disciplinaire avant le concours.
 
Toutes les évolutions nécessaires à l'amélioration de notre système éducatif sont compromises dans le premier comme dans le second degré, par les méfaits de cette « réforme » qui conduit à une dégradation, sans précédent, des conditions de travail des collègues.
Notre école a plus que jamais besoin d'enseignants préparés à l'exercice d'un métier difficile.
Le Sgen-CFDT n'aura de cesse de dénoncer le mépris dans lequel sont tenus les stagiaires et d'exiger que le gouvernement reconnaisse ses erreurs et rétablisse un véritable apprentissage du métier dans la formation des enseignants.
 

Posté par Kallirrhoe à 21:06 - Professeur stagiaire - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire